Minotaures

Minotaures 2018-12-20T17:07:41+01:00

Retour de voyage en Inde – Cabinet de curiosités – objets invisibles – Une réconciliation avec l’inconscient

En Inde les vaches sacrées sont à tous les coins de rue, le plus souvent des taureaux en fait, car les vaches sont dans des coures protégées, à l’ abris.

Ces présences qui marchent, déambulent,
surgissent derrière un touktouk, te bousculent dans la foule,
ont été pour moi une confrontation quotidienne à mes peurs.
Dichotomie de mon ressenti et de celui des gens qui m’entouraient :
pour eux elles sont l’incarnation de la Goa Mata, la mère Universelle
et du sacré.

Pour moi, femme méditerranéenne, ces taureaux sont imposants, effrayants.
semblant la force sombre, la menace du coté obscure de nos pulsions, dont ils seraient les incarnations massives, poilues, couillues, cornues.

La lecture de Jung m’a accompagné durant ce travail.

Je les ai associés au Minotaure, à la matière noire de mes angoisses,
comme si elle était incarnée,
vivante, mouvante sous les yeux de tous.
Et beauté…acceptés de tous, mieux !…sacrée et vénérée.

Je les ai associés au Minotaure, gardien du labyrinthe
que l’on se doit, en tant qu’être humain, de parcourir pour y rencontrer
nos peurs, nos forces, pour les identifier, les affronter, les vaincre ou pactiser
afin de parvenir jusqu’au centre de nous même, l’esprit libéré.

Je les ai systématiquement regardés, approchés, photographiés
en vue de les mettre en scène en tant qu’objets donnant à voir cet invisible.

et…Je les ai aimés car il faut bien se chérir et chérir les êtres.
Ils m’ont fascinés, presque tous d’une beauté rare, et aussi, d’ailleurs,
le plus souvent, pour finir, d’une douceur et d’un calme
qui donnent espoir dans l’issus de l’effort.
On peut y voir la marque du sacré dont ils sont auréolés.