DAY 13 Arctic voices

DAY 13

Arctic voices

Mercredi 19 juin
North – West Corner : Ice – Ice – Ice 4°C

I heard, there crakings,
the bombing noises
Of the falling peaces

Those voices, thoses noises
They were shouting,
they were shouted
about climat war.

And they said
they have lose it.
Thoses voices said we all lose

Svalbard – Antigua sailing ship –
18 juin 2019

DAY 14

La confiance est rompue

fznor
Jeudi 20 juin
Forlandsundet : Engelsbukta – Sarstangen – Sint
Jonsfjorden 7°C

Au Svalbard, comme dans la plupart des lieux touchés par le dérèglement climatique, l’antique confiance entre les habitants et la nature est rompue. L’insécurité règne. Le réchauffement climatique a perturbée l’osmose avec l’environnement. Les éléments sont hostiles, la météo imprévisible. En 2015 et 2018, Longyearbyen, pour les premières fois de son histoire, a été touché par des avalanches, provoquant 2 morts et de nombreux blessés. 180 Svalbardiens doivent évacuer leur maison en catastrophe, puisqu’ils se trouvent désormais dans une zone à risques. Ils ont une heure pour ramasser leurs effets et vider les lieux.

DAY 11 – La terre chauffe

DAY 11

La terre chauffe

fznor
Lundi 17 juin
Kongsfjorden : Blomstrandhamna – Blomstrandbreen – Ny
Ålesund 8°C

Du bateau, on aperçoit une matière grisâtre dévorer irrésistiblement l’intérieur des glaciers. Leur blanc immaculé se consume dans la fournaise et laisse place aux roches charbonneuses de l’enfer. Ce que la nature bâtit en des millions d’années, l’avidité de l’homme le détruit en quelques décennies.

DAY 6 – Splendeur et misère

DAY 6

Splendeur et misère

fznor
fznor

fznor
Mecredi 12 juin
Hornsund : Samarinvågen – Brepollen : Tviryggen – North 3

Nous posons l’ancre au fond d’un fjord, devant un glacier, pour y passer la nuit et la journée suivante.
Les commentaires de l’équipage tempèrent notre émerveillement : “il y a 10 ans le glacier avançait jusqu’à l’entrée du fjord, il a considérablement reculé. ” Des cartes de relevés de glaciation affichées dans le carré en attestent, et l’immense façade de glace est à présent au ras de la terre, ou presque, et cela était vrai pour la majorité des glaciers que nous avons approchés.
Contempler cette majesté et cette grandeur nous emplit de joie et de gratitude.
La tristesse n’en est que plus violente, de lire leurs fins dans les crevasses qui les fissurent.
Soudain, un pan entier de glace, de la taille d’un immeuble, s’écroule sous nos yeux.

L’onde de choc atteint le bateau et nos cœurs. Mentalement nous chavirons.